Pages

Le naufrage de Paul – De la Crète à la Melita [Malte]

Résumé
Paul navigue pour l’Italie; ils appellent en Crète; une tempête les naufrage sur Melita – Malte.
Actes 27: 1-44
Paul reste à Malte pendant trois mois.
Actes 28: 1-10
Paul termine son voyage à Rome.
Actes 28: 11-15
En état d’arrestation à Rome, Paul continue de prêcher l’Evangile.
Actes 28: 16-23a; 28: 29-31
Cartes pertinentes
http://www.simplybible.com/imgmapsq7.jpghttp://www.simplybible.com/imgmapsq3.jpgAdria = Il s’agit de la mer Adriatique, située entre l’Italie et l’Achaïe.

Actes Chapitre 27
27: 1 Et lorsqu’il fut décidé que nous irions en Italie, ils livrèrent Paul et certains autres prisonniers à [un] nommé Julius, centurion de la bande d’Auguste.
27: 2 Et nous entrâmes dans un navire d’Adramyttium, avec l’intention de naviguer sur les côtes de l’Asie; [un] Aristarque, un Macédonien de Thessalonique, étant avec nous.
27: 3 Le lendemain, nous avons touché à Sidon. Et Julius implora poliment Paul et lui donna la liberté d’aller chez ses amis pour se rafraîchir.
27: 4 Et lorsque nous étions partis de là, nous avons navigué sous Chypre, car les vents étaient contraires.
27: 5 Après avoir traversé la mer de Cilicie et de Pamphylie, nous arrivâmes à Myra, une ville de Lycie.
27: 6 Et là le centurion trouva un navire d’Alexandrie en route pour l’Italie. et il nous a mis là.
27: 7 Et après avoir navigué lentement pendant plusieurs jours, et que rares furent nos rencontres avec Cnidus, le vent ne nous faisant pas souffrir, nous vîmes sous la Crète, face à Salmone .
27: 8 Et à peine le franchir, arriva dans un lieu qui s’appelle le beau paradis ; près de là était la ville [de] Lasea.
27: 9 Quand on passait beaucoup de temps et que naviguer était devenu dangereux, car le jeûne était déjà passé, Paul les avertit,
27:10 Et ils leur dirent: Messieurs, je m’aperçois que ce voyage sera douloureux et causera beaucoup de dégâts, non seulement du chargement et du navire, mais également de notre vie.
27:11 Néanmoins, le centurion croyait que le capitaine et le propriétaire du navire étaient plus nombreux que les paroles prononcées par Paul.
27:12 Et comme le refuge n’était pas commode pour hiverner, il fut de plus en plus conseillé de s’en aller également, s’ils parvenaient n’importe comment à atteindre Phenice et là-bas; [qui] est un havre de paix de la Crète et qui s’étend vers le sud-ouest et le nord-ouest.
27:13 Et quand le vent du sud soufflait doucement, supposant qu’ils avaient atteint leur but, ils perdirent de là, ils passèrent près de la Crète.
27:14 Mais peu de temps après, un vent orageux appelé Euroclydon s’est levé.
27:15 Et quand le bateau fut attrapé et ne put supporter le vent, nous la laissâmes conduire.
27:16 Et passant sous une certaine île appelée Clauda , nous avons eu beaucoup de travail pour venir par le bateau:
27:17 Lesquels, après avoir pris place, ont eu recours à de l’aide pour soulager le navire; et craignant de tomber dans les sables mouvants, ils ont pris la mer et ont été chassés.
27:18 Et nous ayant été extrêmement secoués par la tempête, le [jour suivant] ils ont allégé la barque;
27:19 Et le troisième [jour], nous chassons de nos propres mains le vol du navire.
27:20 Et lorsque ni le soleil ni les étoiles ne sont apparus dans beaucoup de jours et que la tempête ne pesait pas sur nous, tout espoir d’être sauvé a été enlevé.
27:21 Mais après une longue abstinence, Paul se leva au milieu d’eux et dit: Messieurs, vous auriez dû m’écouter, et ne pas vous être détaché de la Crète, et avoir subi ce préjudice et cette perte.
27:22 Et maintenant je vous exhorte à garder le moral; car il n’y aura aucune perte de la vie de [quelqu’un] parmi vous, mais de la barque.
27:23 Car l’ange de Dieu à qui je suis et que je sers est resté près de moi cette nuit,
27:24 en disant: Ne craignez pas, Paul. tu dois être amené devant César; et voici, Dieu t’a donné tous ceux qui naviguent avec toi.
27:25 C’est pourquoi, mes frères, soyez de bonne humeur, car je crois en Dieu, cela sera comme il m’a été dit.
27:26 Mais nous devons être jetés sur une certaine île.
27:27 La quatorzième nuit venue, alors que nous étions conduits à Adria, aux environs de minuit, les ouvriers des navires jugèrent qu’ils s’étaient approchés d’un pays;
27:28 et sonnèrent, et trouvèrent vingt toises; et quand ils furent un peu plus loin, ils sonnèrent encore, et trouvèrent quinze toises.
27:29 Craignant de tomber sur des rochers, ils jetèrent quatre ancres à l’arrière et souhaitèrent la journée.
27:30 Au moment où les membres du personnel de navire s’apprêtaient à s’enfuir du navire, ils jetèrent la barque dans la mer, sous une couleur qui aurait pu jeter les ancres hors de la zone protégée,
27:31 Paul a dit au centurion et aux soldats: Si vous ne résidez pas dans la barque, vous ne pouvez être sauvés.
27:32 Les soldats coupèrent les cordes du bateau et la laissèrent tomber.
27:33 Pendant que le jour approchait, Paul les pria tous de prendre un repas, disant: Ce jour-là est le quatorzième jour où vous avez continué à jeûner sans rien prendre.
27:34 C’est pourquoi je vous prie de prendre de la viande, car c’est pour votre santé, car aucun cheveu ne tombera de la tête d’aucun de vous.
27:35 Après avoir ainsi parlé, il prit du pain et rendit grâce à Dieu devant tous; et quand il eut rompu, il se mit à manger.
27:36 Ils étaient tous de bonne humeur, et ils prirent aussi de la viande.
27:37 Et nous étions dans le vaisseau deux cent soixante seize âmes.
27:38 Quand ils eurent assez mangé, ils éclairèrent la barque et jetèrent le blé dans la mer.
27:39 Le jour venu, ils ne connurent pas la terre; mais ils découvrirent un certain ruisseau avec un rivage, dans lequel il leur importait, si cela était possible, de pénétrer dans le navire.
27:40 Après avoir levé les ancres, ils s’engagèrent dans la mer, relâchèrent les barres de gouvernail, soulevèrent la grand-voile au vent et se dirigèrent vers le rivage.
27:41 Et tombant dans un endroit où deux mers se rencontraient, ils ont fait échouer le navire; et la partie antérieure a tenu bon et est restée inamovible, mais la partie postérieure a été brisée par la violence des vagues.
27:42 Et le conseil des soldats était de tuer les prisonniers, de peur qu’ils ne nagent et ne s’échappent.
27:43 Mais le centurion, voulant sauver Paul, les préserva de leurs desseins; et commanda à ceux qui savaient nager de se jeter d’abord dans la mer et d’arriver à la terre.
27:44 Et le reste, des bateaux à bord et des morceaux du navire. Et ainsi, ils se sont échappés en toute sécurité pour atterrir.
Actes Chapitre 28
28: 1 Et quand ils se sont échappés, ils ont su que l’île s’appelait Melita.
28: 2 Et le peuple barbare ne nous fit pas preuve de gentillesse; car ils ont allumé un feu et nous ont tous reçus, à cause de la pluie et du froid.
28: 3 Et comme Paul avait ramassé un paquet de bâtons et les avait mis au feu, une vipère de la chaleur vint se fixer sur sa main.
28: 4 Et quand les barbares virent la bête [venimeuse] suspendue à sa main, ils dirent entre eux: Cet homme est sans doute un meurtrier, bien qu’il se soit échappé de la mer, mais que la vengeance ne vit pas.
28: 5 Et il secoua la bête au feu et ne ressentit aucun mal.
28: 6 Mais ils regardèrent quand il aurait dû gonfler ou tomber soudainement; mais après avoir regardé longtemps et ne voyant aucun mal lui arriver, ils changèrent d’avis et dirent qu’il était un dieu.
28: 7 Dans les mêmes quartiers se trouvaient les biens du principal homme de l’île, nommé Publius; qui nous a reçus et nous a logés trois jours avec courtoisie.
28: 8 Et il arriva que le père de Publius tomba malade de la fièvre et d’un flux sanguinolent. Paul le pria d’entrer, et pria, et lui imposa les mains, et le guérissait.
28: 9 Alors, quand cela fut fait, d’autres aussi, qui avaient des maladies dans l’île, vinrent et furent guéris:
28:10 Qui nous a également honorés avec beaucoup d’honneurs; et quand nous sommes partis, ils nous ont chargés de ce qui était nécessaire.
28:11 Et après trois mois, nous partîmes à bord d’un navire d’Alexandrie, qui avait passé l’hiver dans l’île, et qui avait pour signe Castor et Pollux.
28:12 Et, à l’atterrissage à Syracuse , nous restâmes là trois jours.
28:13 De là, nous allâmes chercher une boussole et arrivâmes à Rhegium . Au bout d’un jour, le vent du sud souffla, et nous arrivâmes le lendemain à Puteoli .
28:14 Où nous avons trouvé des frères et où nous avons souhaité rester avec eux pendant sept jours; nous nous sommes donc dirigés vers Rome.
28:15 De là, quand les frères ont entendu parler de nous, ils sont venus à notre rencontre jusqu’à Appii, forum et les trois tavernes : à qui, quand Paul a vu, il a remercié Dieu et a pris courage.
28:16 Lorsque nous sommes arrivés à Rome , le centurion a livré les prisonniers au capitaine des gardes. Paul a été obligé d’habiter seul avec un soldat qui le gardait.
28:17 Et il arriva qu’après trois jours, Paul convoqua le chef des Juifs; et quand ils se rassemblèrent, il leur dit: Hommes frères, je n’ai rien commis contre le peuple, ni contre le peuple. coutumes de nos pères, mais j’ai été livré prisonnier de Jérusalem aux mains des Romains.
28:18 Qui, après m’avoir examiné, m’auraient laissé partir, parce qu’il n’y avait aucune cause de mort en moi.
28:19 Mais quand les Juifs parlèrent contre elle, je fus obligée de faire appel à César. non pas que je devais accuser ma nation de.
28:20 C’est pourquoi je vous ai appelés à vous voir et à parler avec vous, parce que je suis lié par cette chaîne pour l’espoir d’Israël.
28:21 Et ils lui dirent: Nous n’avons reçu de la part de Judée aucun courrier de ta part, et aucun des frères qui sont venus ne s’est manifesté ou n’a fait de mal à toi.
28:22 Mais nous désirons entendre de toi ce que tu penses; car en ce qui concerne cette secte, nous savons que partout il est parlé contre elle.
28:23 Et comme ils l’avaient fixé un jour, beaucoup de gens vinrent à lui dans son logement. à qui il exposa et témoigna du royaume de Dieu, en les persuadant au sujet de Jésus, à la fois de la loi de Moïse et des prophètes, du matin au soir.
28:24 Certains croyaient aux paroles, d’autres non.
28:25 Et quand ils ne furent pas d’accord entre eux, ils partirent, après que Paul eut prononcé un mot: Eh bien, dit le Saint-Esprit par Esaïe, le prophète, à nos pères,
28:26 Disant: Allez vers ce peuple, et dites: Vous entendrez, vous ne pourrez pas comprendre. et voyant vous verrez, et ne percevrez pas:
28:27 Car le coeur de ce peuple a grossi, et ses oreilles sont sombres d’ouïe, et leurs yeux sont fermés. de peur de voir de leurs yeux, d’entendre de leurs oreilles et de comprendre de leur cœur, de se convertir et de les guérir.
28:28 Sachez donc que le salut de Dieu est envoyé aux païens, et qu’ils l’entendront.
28:29 Après avoir prononcé ces paroles, les Juifs s’en allèrent et avaient de grands raisonnements entre eux.
28:30 Paul passa deux ans entiers dans sa maison louée et reçut tout ce qui lui arrivait.
28:31 Prêchant le royaume de Dieu et enseignant ce qui concerne le Seigneur Jésus-Christ, en toute confiance, sans que personne ne l’interdise.
Type. 42 – Le voyage et le naufrage
Enfin, Paul se rendait à Rome. Luke a écrit: «Quand cela a été décidé, nous devrions entrer en Italie, ils ont livré Paul et certains autres prisonniers à un nommé Julius, un centurion du groupe Auguste. Et en entrant dans un navire d’Adramyttium, nous nous sommes lancés, ce qui signifie naviguer sur les côtes de l’Asie; un Aristarque, un Macédonien de Thessalonique, étant avec nous. “{AA 439.1}
Au premier siècle de l’ère chrétienne, les voyages en mer étaient accompagnés de difficultés et de périls particuliers. Les marins ont orienté leur course en grande partie en fonction de la position du soleil et des étoiles; et quand ils n’apparaissaient pas et qu’il y avait des signes de tempête, les propriétaires de bateaux craignaient de s’aventurer en pleine mer. Pendant une partie de l’année, la sécurité de la navigation était presque impossible. {AA 439.2}
L’apôtre Paul était maintenant appelé à endurer les expériences éprouvantes qui lui incomberaient en tant que prisonnier enchaîné lors du long et fastidieux voyage en Italie. Une circonstance a grandement allégé les difficultés de son sort – il a été autorisé à la compagnie de Luc et Aristarchus.Dans sa lettre aux Colossiens, il a ensuite qualifié ces derniers de «compagnons de captivité» (Colossiens 4:10); mais c’était par choix qu’Aristarchus partageait l’esclavage de Paul, afin qu’il puisse le servir dans ses afflictions. {AA 439.3}
Le voyage a commencé avec succès. Le lendemain, ils jettent l’ancre dans le port de Sidon. Ici, Julius, le centurion, «supplia courtoisement Paul», et sachant qu’il y avait des chrétiens à la place, «lui donna la liberté d’aller voir ses amis pour se rafraîchir». Cette permission fut grandement appréciée par l’apôtre, qui était faible. santé. {AA 440.1}
En quittant Sidon, le navire a rencontré des vents contraires; et étant conduit à partir d’un parcours direct, ses progrès ont été lents. À Myra, dans la province de Lycie, le centurion trouva un grand navire alexandrin à destination de la côte italienne et transféra immédiatement ses prisonniers.Mais les vents étaient toujours opposés et la progression du navire était difficile. Luke écrit: «Quand nous avions navigué lentement pendant plusieurs jours et que nous avions à peine fait face à Cnidus, le vent ne nous faisant pas souffrir, nous avons navigué sous la Crète, contre Salmone; et, le passant à peine, arriva à un endroit appelé les Beaux Havres. “{AA 440.2}
À Fair Havens, ils furent obligés de rester quelque temps, dans l’attente de vents favorables. L’hiver approchait rapidement; «La navigation était maintenant dangereuse» et les responsables du navire ont dû renoncer à leur espoir d’arriver à destination avant que la saison des voyages en mer ne soit fermée pour l’année. La seule question à présent à trancher était celle de rester à Fair Havens ou d’essayer d’atteindre un endroit plus propice à l’hiver. {AA 440.3}
Cette question a été sérieusement discutée et le centurion a finalement renvoyé l’affaire à Paul, qui avait gagné le respect des marins et des soldats. L’apôtre a avisé sans hésiter de rester où ils étaient. «Je vois bien, a-t-il déclaré, que ce voyage sera douloureux et causera beaucoup de dégâts, non seulement du chargement et du navire, mais également de nos vies.» Mais «le capitaine et le propriétaire du navire» et la majorité des passagers et de l’équipage, n’étaient pas disposés à accepter cet avocat. Etant donné que le refuge dans lequel ils avaient jeté l’ancre «n’était pas commode pour hiverner, plus on leur conseillait de s’éloigner de là aussi, s’ils parvenaient à se rendre à Phenice et à y passer l’hiver; qui est un refuge de la Crète, et se trouve vers le sud-ouest et le nord-ouest. “{AA 441.1}
Le centurion a décidé de suivre le jugement de la majorité. En conséquence, «lorsque le vent du sud soufflait doucement», ils quittèrent Fair Havens, dans l’espoir d’atteindre le port souhaité. «Mais peu de temps après, il est apparu. . . un vent tempétueux; “” le navire a été attrapé, et ne pouvait pas supporter le vent. “{AA 441.2}
Poussé par la tempête, le navire s’approcha de la petite île de Clauda et, sous son abri, les marins se préparèrent au pire. Le canot de sauvetage, leur seul moyen de s’enfuir au cas où le navire serait construit, était à la remorque et risquait d’être écrasé à tout moment. Leur premier travail consistait à hisser ce bateau à bord. Toutes les précautions possibles ont alors été prises pour renforcer le navire et le préparer à résister à la tempête. La maigre protection offerte par la petite île ne leur servit pas longtemps et ils furent bientôt à nouveau exposés à la violence de la tempête. {AA 441.3}
La tempête a sévi toute la nuit et malgré les précautions prises, le bateau a fui. «Le lendemain, ils ont allégé le navire.» La nuit est revenue, mais le vent ne s’est pas calmé. Le navire battu par la tempête, avec son mât fracassé et ses voiles déchirées, a été ballotté par la fureur de la tempête. A chaque instant, il semblait que les bois gémissants devaient céder tandis que le navire se tortillait et tremblait sous le choc de la tempête. La fuite a augmenté rapidement et les passagers et les membres d’équipage ont travaillé continuellement aux pompes. Il n’y avait pas un moment de repos pour personne à bord. «Le troisième jour, écrit Luke, nous avons abandonné de nos propres mains le vol du navire. Et quand ni le soleil ni les étoiles ne sont apparus dans beaucoup de jours et que la tempête ne faisait pas surface, tous les espoirs que nous soyons sauvés ont été enlevés. “{AA 442.1}
Pendant quatorze jours, ils ont dérivé sous un ciel sans soleil et sans étoiles. L’apôtre, bien que souffrant lui-même physiquement, avait des mots d’espoir pour l’heure la plus sombre, un coup de main dans toutes les situations d’urgence. Il a saisi par la foi le bras du pouvoir infini et son cœur est resté sur Dieu. Il n’avait aucune peur pour lui-même. il savait que Dieu le préserverait pour témoigner à Rome de la vérité du Christ. Mais son cœur aspirait à la pitié pour les pauvres âmes qui l’entouraient, pécheur, dégradé et non préparé à mourir. Alors qu’il implorait sincèrement Dieu d’épargner leurs vies, il lui fut révélé que sa prière était accordée. {AA 442.2}
Profitant d’une accalmie dans la tempête, Paul se leva sur le pont et élevant la voix, il dit: «Messieurs, vous auriez dû m’écouter, et ne pas vous être détaché de la Crète et avoir subi ce mal et cette perte. Et maintenant je vous exhorte à être de bonne humeur: car il n’y aura aucune perte de la vie de l’homme parmi vous, mais du navire. Car je me tenais cette nuit avec l’ange de Dieu à qui je suis et que je sers, en disant: Ne craignez pas, Paul; tu dois être amené devant César; et voici, Dieu t’a donné tous ceux qui naviguent avec toi. C’est pourquoi, messieurs, rassurez-vous, car je crois en Dieu, cela sera comme il m’a été dit. Cependant, nous devons être jetés sur une certaine île. “{AA 443.1}
À ces mots, l’espoir renaît. Les passagers et les membres d’équipage sont sortis de leur apathie. Il restait beaucoup à faire et tous les efforts en leur pouvoir devaient être déployés pour éviter les destructions. {AA 443.2}
C’est la quatorzième nuit de lançant sur le flot noir et haletant que «vers minuit» les marins, entendant le bruit des briseurs, «ont estimé qu’ils s’approchaient d’un pays; et sonnant, et le trouva vingt brasses: et quand ils étaient allés un peu plus loin, ils sonnèrent encore, et le trouvèrent quinze brasses. Puis craignant, écrit Luke, de peur que nous ne tombions sur des rochers, ils jetèrent quatre ancres à l’arrière et souhaitaient la journée. “{AA 443.3}
Au lever du jour, les contours de la côte orageuse étaient peu visibles, mais aucun repère familier n’était visible. Les perspectives étaient si sombres que les marins païens, perdant tout courage, «étaient sur le point de fuir le navire», et feignant de se préparer à jeter les «ancres de la forêt», ils avaient déjà laissé tomber l’embarcation de sauvetage, quand Paul , percevant leur conception de base, dit au centurion et aux soldats: «Si vous ne résidez pas dans le bateau, vous ne pouvez être sauvés.» Les soldats ont immédiatement «coupé les cordes du bateau et laissé tomber» dans la mer. {AA 443.4}
L’heure la plus critique était encore devant eux. L’apôtre a de nouveau prononcé des paroles d’encouragement et a exhorté tous les marins et les passagers à prendre de la nourriture en leur disant: «Ce jour-là est le quatorzième jour où vous avez attendu et continué à jeûner sans rien prendre. C’est pourquoi je vous prie de prendre de la viande, car c’est pour votre santé, car aucun cheveu ne tombera de la tête d’aucun d’entre vous. ”{AA 444.1}
«Après avoir ainsi parlé, il prit du pain et rendit grâce à Dieu devant tous; et après l’avoir rompu, il se mit à manger.» Puis cette compagnie usée et découragée de deux cent soixante-quinze personnes, qui, sans Paul, seraient devenus désespérés, se sont joints à l’apôtre pour prendre part à la nourriture. «Et quand ils eurent assez mangé, ils éclairèrent le bateau et jetèrent le blé à la mer.» {AA 444.2}
Le jour était déjà bien arrivé, mais ils ne virent rien pour déterminer où ils se trouvaient. Cependant, «ils ont découvert un certain ruisseau avec une rive, dans laquelle ils voulaient, si possible, pénétrer dans le navire. Après avoir levé les ancres, ils s’engagèrent dans la mer, relâchèrent les safrans et hissèrent la grand-voile au vent, puis se dirigèrent vers le rivage. Et tombant dans un endroit où deux mers se rencontraient, ils ont échoué le navire; et la partie antérieure resta ferme et resta immobile, mais la partie postérieure fut brisée par la violence des vagues. ”{AA 444.3}
Paul et les autres prisonniers étaient maintenant menacés par un destin plus terrible que le naufrage. Les soldats ont compris que, tout en essayant d’atteindre la terre, il leur serait impossible de garder leurs prisonniers en charge. Chaque homme aurait tout ce qu’il pourrait faire pour se sauver.Pourtant, si l’un des prisonniers manquait, la vie de ceux qui en étaient responsables serait perdue. C’est pourquoi les soldats ont voulu mettre à mort tous les prisonniers. La loi romaine sanctionnait cette politique cruelle, et le plan aurait été exécuté immédiatement, mais pour celui à qui tous étaient pareillement soumis à une obligation profonde. Julius le centurion savait que Paul avait contribué à sauver la vie de tous à bord et, de plus, convaincu que le Seigneur était avec lui, il craignait de lui faire du mal. Il «ordonna donc à ceux qui savaient nager de se jeter d’abord en mer et d’atterrir: les autres, certains à bord, et d’autres sur des débris du navire. Et ainsi, ils se sont échappés en toute sécurité pour atterrir. »Lorsque l’appel a été lancé, il n’en manquait aucun. {AA 445.1}
Les naufragés ont été aimablement accueillis par les barbares de Melita. «Ils ont allumé un feu, écrit Luke, et ils nous ont tous accueillis à cause de la pluie et du froid.» Paul faisait partie de ceux qui s’employaient activement à assurer le confort des autres. Ayant rassemblé “un paquet de bâtons”, il les “posa sur le feu” lorsqu’une vipère sortit “de la chaleur et se fixa sur sa main”. Les passants furent frappés d’horreur; et voyant dans sa chaîne que Paul était prisonnier, ils se dirent: «Nul doute que cet homme est un meurtrier qui, bien qu’il se soit échappé de la mer, n’a pourtant pas vengé.» Paul repoussa la créature le feu et n’a ressenti aucun mal. Connaissant sa nature venimeuse, le peuple le cherchait à tout moment dans une terrible agonie. “Mais après qu’ils aient eu l’air pendant un bon bout de temps et ne voyant aucun mal lui arriver, ils ont changé d’avis et ont dit qu’il était un dieu.” {AA 445.2}
Pendant les trois mois où l’équipage du navire est resté à Melita, Paul et ses collègues de travail ont multiplié les occasions de prêcher l’Évangile.D’une manière remarquable, le Seigneur a agi à travers eux. Pour l’amour de Paul, toute la compagnie naufragée fut traitée avec beaucoup de gentillesse; tous leurs besoins furent comblés et, en quittant Melita, ils reçurent généreusement tout le nécessaire pour leur voyage. Les principaux incidents de leur séjour sont donc brièvement décrits par Luke: {AA 446.1}
«Dans le même quartier se trouvaient les biens du principal homme de l’île, nommé Publius; qui nous a reçus et nous a logés trois jours avec courtoisie. Et il arriva que le père de Publius tomba malade de la fièvre et d’un flux sanguinolent: il était entré et prié par Paul; il lui imposa les mains et le guérit. Ainsi, lorsque cela a été fait, d’autres également, porteurs de maladies dans l’île, sont venus et ont été guéris: qui nous a également honorés de nombreux honneurs; et quand nous sommes partis, ils nous ont chargé de ce qui était nécessaire. “{AA 446.2}
Type. 43 – À Rome
Avec l’ouverture de la navigation, le centurion et ses prisonniers se lancèrent dans leur voyage à Rome. Un navire alexandrien, le «Castor et Pollux», avait passé l’hiver à Melita en route vers l’ouest, et les voyageurs s’y étaient embarqués. Bien que quelque peu retardé par des vents contraires, le voyage se soit bien déroulé et le navire jeta l’ancre dans le magnifique port de Puteoli, sur la côte italienne. {AA 447.1}
Dans cet endroit, il y avait quelques chrétiens et ils ont prié l’apôtre de rester avec eux pendant sept jours, un privilège accordé gracieusement par le centurion. Depuis la réception de l’épître de Paul aux Romains, les chrétiens d’Italie attendaient avec impatience la visite de l’apôtre. Ils n’avaient pas pensé le voir venir comme prisonnier, mais ses souffrances ne faisaient que le rendre plus attachant. La distance entre Puteoli et Rome n’étant que de cent quarante kilomètres et le port étant en communication constante avec la métropole, les chrétiens romains ont été informés de l’approche de Paul et certains d’entre eux ont commencé à le rencontrer et à l’accueillir. {AA 447.2}
Chapitre XXIV – Le voyage et le naufrage
«Et quand il fut décidé que nous devions entrer en Italie, ils livrèrent Paul et certains autres prisonniers à un nommé Julius, un centurion du groupe Auguste. Et en entrant dans un navire d’Adramyttium, nous nous sommes lancés, ce qui signifie naviguer sur les côtes de l’Asie; un Aristarque, un Macédonien de Thessalonique, étant avec nous. “{LP 261.1}
Adramyttium était situé sur la côte ouest de la province d’Asie; par conséquent, les voyageurs ne pourraient effectuer qu’une partie de leur voyage dans un navire à destination de cette ville. Mais dans certains des plus grands ports où le navire a touché, ils seraient susceptibles de trouver un navire dans lequel ils pourraient embarquer pour Rome. {LP 261.2}
Au premier siècle de l’ère chrétienne, il était beaucoup plus difficile de voyager par voie de mer que par voie terrestre. Les arts de la construction navale et de la navigation n’étaient pas encore mûrs comme maintenant. Les marins ont orienté leur course par le soleil et les étoiles; et quand ceux-ci ne sont pas apparus et qu’il y avait des signes de tempête, ils craignaient de confier leurs navires au grand large. {LP 261.3}
La saison de navigation sécuritaire était déjà bien avancée, avant que le navire de l’apôtre ne quitte Césarée, et le temps approchait où le voyage par mer serait fermé pour l’année. Chaque jour de retard augmentait le péril du voyage. Mais le voyage, qui serait difficile et dangereux pour le voyageur ordinaire, serait doublement tentant pour l’apôtre prisonnier. Les soldats romains étaient tenus responsables de la sécurité de leurs prisonniers, ce qui avait conduit à la coutume de lier les prisonniers du poignet droit au poignet gauche des soldats, qui se relevaient mutuellement.Ainsi, non seulement l’apôtre ne pouvait avoir aucun mouvement libre, mais il était placé en relation étroite et constante avec des hommes du caractère le plus incongru et le plus repoussant; Des hommes qui n’étaient pas seulement sans instruction et sans raffinement, mais qui, sous l’influence démoralisante de leur environnement, étaient devenus brutaux et dégradés. Cependant, cette coutume était moins observée à bord que lorsque les prisonniers étaient à terre. Une circonstance a grandement allégé les difficultés de son sort. Il fut autorisé à profiter de la compagnie de ses frères, Luke et Aristarchus. Dans sa lettre aux Colossiens, il parle de ces derniers comme de ses «compagnons de captivité». Mais c’est comme un acte de choix, en raison de son affection pour Paul, qu’Aristarchus partageait son esclavage et le servait dans ses afflictions. {LP 262.1}
Le voyage a commencé avec succès et le lendemain, ils ont jeté l’ancre dans le port de Sidon. Ici, Julius, le centurion qui avait écouté le discours de l’apôtre avant Agrippa et s’était donc montré favorable à son égard, “exhorta Paul avec courtoisie” et, informant qu’il y avait des chrétiens à la place, lui “laissa la liberté d’aller des amis pour se rafraîchir. »La faveur était très appréciée de l’apôtre, qui était en mauvaise santé et ne disposait que de peu de confort pour son long voyage. Son bref séjour à Sidon ressemblait à une oasis dans son chemin aride et morne, et l’a réconforté et encouragé pendant les semaines de mer agitées et angoissées par la tempête. {LP 263.1}
En quittant Sidon, le navire a rencontré des vents contraires; et étant conduit à partir d’un parcours direct, ses progrès ont été très lents. À Myra, dans la province de Lycie, le centurion trouva un grand navire alexandrin à destination de la côte italienne et transféra immédiatement ses prisonniers. Mais les vents étaient toujours opposés et la progression du navire lente et difficile. Luke dit: «Quand nous avions navigué lentement pendant plusieurs jours et que très peu de gens s’étaient approchés de Cnidus, le vent ne nous faisant pas souffrir, nous avons navigué sous la Crète et contre Salmone; et, le passant à peine, arriva à un endroit appelé les Beaux Havres. “{LP 263.2}
À Fair Havens, ils furent obligés de rester quelque temps, dans l’attente de vents favorables. Pendant ce temps, la saison de navigation juive s’est terminée. Les gentils considéraient qu’il était sécuritaire de voyager jusqu’à une date ultérieure; mais il n’y avait aucun espoir d’achever le voyage.La seule question à présent à trancher était de savoir s’il fallait rester là où ils étaient ou tenter de trouver un endroit plus propice pour passer l’hiver. {LP 263.3}
La question a été sérieusement discutée et le centurion a finalement renvoyé l’affaire à Paul, qui avait gagné le respect des marins et des soldats.L’apôtre a sans hésiter indiqué qu’ils resteraient là où ils se trouvaient. Il a dit: «Messieurs, je me rends compte que ce voyage sera douloureux et causera beaucoup de dommages, non seulement du chargement et du navire, mais également de nos vies.» Mais le propriétaire du navire, qui était à bord, et la majorité des passagers et membres d’équipage, n’étaient pas disposés à accepter cet avocat. Ils ont insisté sur le fait que le port de Fair Havens était imparfaitement protégé des vents hivernaux et que la ville voisine, si petite, occuperait peu de trois cent marins et passagers pendant un séjour de plusieurs mois. Port Phenice, à une cinquantaine de kilomètres de distance, avait un port bien abrité et était à tous autres égards un lieu bien plus propice à l’hiver. {LP 264.1}
Le centurion a décidé de suivre le jugement de la majorité. En conséquence, «quand le vent du sud soufflait doucement», ils quittèrent Fair Havens avec la perspective flatteuse que quelques heures les amèneraient au port souhaité. Tous se réjouissaient maintenant de ne pas avoir suivi les conseils de Paul: mais leurs espoirs étaient destinés à être rapidement déçus. Ils n’étaient pas allés très loin, lorsqu’un vent tempétueux, tel que dans cette latitude succède souvent au vent du sud, leur a éclaté avec une fureur impitoyable. Dès le premier moment où le vent a frappé le navire, son état était sans espoir. Le coup était si soudain que les marins n’avaient pas le temps de se préparer et ils ne pouvaient que laisser le navire à la merci de la tempête. {LP 264.2}
Après un certain temps, ils se sont approchés de la petite île de Clauda et, tout en étant à l’abri, ont tout mis en œuvre pour se préparer au pire. Le bateau serait leur seul moyen d’évasion, au cas où le navire serait fondé; mais alors qu’il était en remorque, il était à chaque instant susceptible d’être mis en pièces. Le premier travail a été de le hisser à bord du navire. Ce n’était pas une tâche facile. car c’est avec la plus grande difficulté que les marins peuvent s’acquitter du devoir le plus simple. Toutes les précautions possibles ont été prises pour rendre le navire ferme et sûr, puis il ne restait plus qu’à dériver au gré du vent et des vagues. Il n’y avait aucun endroit où ils pourraient se réfugier, le vent les poussait et même la faible protection offerte par la petite île ne leur servirait pas longtemps. Telle a été la fin désastreuse de la journée qui avait débuté avec une brise légère et de grands espoirs. {LP 265.1}
La tempête a sévi toute la nuit et le navire a coulé. Le lendemain, tous à bord – soldats, marins, passagers et prisonniers – étaient unis pour jeter par-dessus bord tout ce qui pouvait être épargné. La nuit est revenue, mais le vent ne s’est pas calmé. Le navire battu par la tempête, avec son mât fracassé et ses voiles déchirées, a été ballotté par la fureur de la tempête. A chaque instant, il semblait que les bois gémissants devaient céder tandis que le navire se tortillait et tremblait sous le choc de la tempête. La fuite a rapidement augmenté et les passagers et les membres d’équipage ont constamment travaillé aux pompes. Il n’y avait pas un moment de repos pour un à bord. «Le troisième jour, dit Luke, nous chassons de nos propres mains le vol du navire. et quand ni le soleil ni les étoiles ne sont apparus dans beaucoup de jours et que la tempête n’était pas inflexible sur nous, tout espoir que nous devions être sauvés a alors été enlevé. »Une sombre apathie s’installa sur ces trois cents âmes, comme pendant quatorze jours elles dérivèrent, sans défense. et sans espoir, sous un ciel sans soleil et sans étoiles. Ils n’avaient aucun moyen de cuisiner; aucun feu ne pouvait être allumé, les ustensiles avaient été lavés à la mer, et la plupart des provisions étaient trempées dans l’eau et gâtées. En fait, alors que leur bon navire luttait contre la tempête et que les vagues discutaient avec la mort, personne ne désirait se nourrir. {LP 265.2}
Au milieu de cette scène terrible, l’apôtre a gardé son calme et son courage. Malgré le fait qu’il était physiquement le plus souffrant, il avait des mots d’espoir pour l’heure la plus sombre, une aide dans toutes les situations d’urgence. En cette période d’épreuves, il saisit par la foi le bras du pouvoir infini, son cœur resta sur Dieu et, au milieu des ténèbres environnantes, son courage et sa noblesse d’âme brillèrent d’un éclat éclatant.Alors que tout le monde ne cherchait qu’une destruction rapide, cet homme de Dieu, dans la sérénité d’une conscience irréprochable, prodiguait ses supplications sincères en leur faveur. {LP 266.1}
Paul n’avait aucune peur pour lui-même; il se sentait assuré de ne pas être englouti par les eaux affamées. Dieu préserverait sa vie pour pouvoir témoigner de la vérité à Rome. Mais son cœur humain aspirait à la pitié pour les pauvres âmes qui l’entouraient. Pécheurs et dégradés comme ils étaient, ils n’étaient pas prêts à mourir, et il plaida sincèrement pour que Dieu épargne leur vie. Il lui fut révélé que sa prière était accordée.Lorsqu’il y eut une accalmie dans la tempête pour pouvoir entendre sa voix, il se leva et dit: – {LP 266.2}
«Messieurs, vous auriez dû m’écouter, ne pas vous être détaché de la Crète et avoir gagné ce mal et cette perte. Et maintenant je vous exhorte à être de bonne humeur; car il n’y aura aucune perte de la vie d’un homme parmi vous, mais du navire. Car je me tenais cette nuit avec l’ange de Dieu à qui je suis et que je sers, en disant: Ne craignez pas, Paul; tu dois être amené devant César; et voici, Dieu t’a donné tous ceux qui naviguent avec toi. C’est pourquoi, messieurs, soyez de bonne humeur; car je crois en Dieu, ce sera comme il m’a été dit. Cependant, nous devons être jetés sur une certaine île. “{LP 266.3}
À ces mots, l’espoir renaît. Les passagers et les membres d’équipage sont sortis de leur apathie et ont déployé tous les efforts possibles pour sauver leur vie. Il y avait encore beaucoup à faire. Tous les efforts en leur pouvoir doivent être déployés pour éviter la destruction; car Dieu aide ceux-là seuls qui s’aident. {LP 267.1}
C’était la quatorzième nuit qu’ils avaient été ballottés sur les flots noirs et lourds, quand, au milieu du bruit de la tempête, les matelots distinguèrent le rugissement des briseurs et signalèrent qu’ils se trouvaient près d’une terre. Ils ont «sonné et l’ont trouvé vingt brasses; et quand ils sont allés un peu plus loin, ils ont de nouveau sonné et l’ont trouvée à quinze brasses. »Ils étaient maintenant menacés par un nouveau danger, de voir leur bateau être conduit sur une côte rocheuse. Ils ont immédiatement jeté quatre ancres, ce qui était la seule chose à faire. Tout au long des heures restantes de la nuit, ils attendirent, sachant que tout moment pourrait être leur dernier. La fuite augmentait constamment et le navire pouvait couler à tout moment, même si les ancres étaient en place. {LP 267.2}
Enfin, à travers la pluie et la tempête, la lumière grise s’abattit sur leurs visages hagards et abominables. Les contours de la côte orageuse pourraient être faiblement vus, mais pas un seul point de repère familier n’était visible. Les marins païens égoïstes décidèrent d’abandonner le navire et son équipage et de se sauver dans le bateau qu’ils avaient si difficilement hissé à bord. Prétendant qu’ils pourraient faire quelque chose de plus pour assurer la sécurité du navire, ils ont détaché le bateau et ont commencé à le faire descendre à la mer. S’ils avaient réussi, ils auraient été brisés en morceaux sur les rochers, tandis que tous ceux à bord auraient péri de leur incapacité à gérer le navire en train de couler. {LP 267.3}
En ce moment, Paul perçut la conception de base et évita le danger. Avec son énergie et son courage habituels et habituels, il dit au centurion et aux soldats: «Si vous demeurez dans le bateau, vous ne pouvez pas être sauvés.» La foi de l’apôtre en Dieu n’a pas faibli; il ne doutait pas de sa propre conservation, mais la promesse de sécurité à l’équipage avait été subordonnée à l’accomplissement de son devoir. En entendant les paroles de Paul, les soldats ont immédiatement coupé les cordes du bateau et l’ont laissée tomber à la mer. {LP 268.1}
L’heure la plus critique était encore devant eux, où l’habileté, le courage et la présence d’esprit de tous à bord seraient mis à l’épreuve. L’apôtre a de nouveau prononcé des paroles d’encouragement et a exhorté tous les marins et les passagers à prendre de la nourriture en leur disant: «Ce jour-là est le quatorzième jour où vous avez attendu et continué à jeûner sans rien prendre. C’est pourquoi je vous prie de prendre de la viande; car ceci est pour votre santé; car aucun de vos cheveux ne tombera de la tête. “{LP 268.2}
Paul lui-même a donné l’exemple. «Après avoir ainsi parlé, il prit du pain et rendit grâce à Dieu devant tous; et quand il l’eut cassé, il commença à manger. Alors ils étaient tous de bonne humeur et ils ont aussi pris un peu de viande. “Cette foule usée, trempée, découragée de deux cent soixante-seize âmes, qui, sans Paul, serait devenue désespérée et désespérée, prenait maintenant un nouveau courage, et rejoignait avec l’apôtre à leur premier repas pendant quatorze jours. Après cela, sachant qu’il serait impossible de sauver leur cargaison, ils ont redressé le navire en jetant à la mer le blé dont elle était chargée. {LP 268.3}
Le jour était déjà complètement passé, mais ils ne pouvaient voir aucun point de repère permettant de savoir où ils se trouvaient. Cependant, «ils ont découvert un certain ruisseau avec une rive, dans laquelle ils voulaient, si possible, pénétrer dans le navire. Après avoir levé les ancres, ils s’engagèrent dans la mer, relâchèrent les safrans et lâchèrent la grand-voile au vent, puis se dirigèrent vers le rivage. Et tombant dans un endroit où deux mers se rencontraient, ils ont échoué le navire; et la partie antérieure a tenu bon et est restée immobile, mais la partie arrière a été brisée par la violence des vagues. “{LP 269.1}
Paul et les autres prisonniers étaient maintenant menacés par un destin plus terrible que le naufrage. Les soldats ont compris que dans cette crise, il leur serait impossible de garder la charge de leurs prisonniers. Chaque homme aurait tout ce qu’il pourrait faire pour se sauver. Pourtant, si l’un des prisonniers manquait, la vie de ceux qui en avaient la charge serait perdue. C’est pourquoi les soldats ont voulu mettre à mort tous les prisonniers.La loi romaine sanctionnait cette politique cruelle, et la proposition aurait été exécutée immédiatement, mais pour lui, à qui soldats et prisonniers devaient leur préservation. Julius le centurion savait que Paul avait contribué à sauver la vie de tous à bord, et il pensait que ce serait la plus ingrate ingrate de le laisser être mis à mort; et plus encore, il se sentit convaincu que le Seigneur était avec Paul et craignit de lui faire du mal. Il a donc ordonné d’épargner la vie des prisonniers et a ordonné à tous ceux qui savaient nager de se jeter à la mer et de se poser à terre. Les autres se sont emparés de planches et d’autres fragments de l’épave et ont été emportés par les vagues. {LP 269.2}
Lorsque l’appel a été lancé, il n’en manquait pas un. Près de trois cent âmes, marins, soldats, passagers et prisonniers se sont retrouvés sur cette côte orageuse de novembre au bord de l’île de Melita. Et il y en avait qui se sont joints à Paul et à ses frères pour rendre grâce à Dieu qui a préservé leurs vies et les ont conduits en sécurité vers les terres, à travers les périls du plus profond. {LP 270.1}
Les naufragés ont été aimablement accueillis par les barbares de Melita. La pluie étant tombée, toute la compagnie était trempée et tremblante, et les habitants de l’île ont allumé un immense feu de broussailles et les ont tous accueillis avec une chaleur reconnaissante. Paul était parmi les plus actifs dans la collecte de carburant. Alors qu’il plaçait un paquet de bâtons sur le feu, une vipère qui venait de sortir de sa torpeur sous l’effet de la chaleur, s’éloigna des fagots et s’attacha à sa main. Les passants furent frappés d’horreur et voyant dans sa chaîne que Paul était prisonnier, ils se dirent: «Nul doute que cet homme est un meurtrier, bien qu’il se soit échappé de la mer, mais que la vengeance ne vit pas. Mais Paul a secoué la créature dans le feu et n’a subi aucun préjudice. Connaissant sa nature venimeuse, ils l’observèrent de près pendant un certain temps, s’attendant à tout moment à le voir tomber, se tordant dans une terrible agonie. Mais comme aucun résultat désagréable ne s’ensuivit, ils changèrent d’avis et, comme le peuple de Lystre, affirmèrent qu’il était un dieu. Par cette circonstance, Paul acquit une forte influence sur les habitants de l’île et chercha fidèlement à l’utiliser pour les amener à accepter les vérités de l’Évangile. {LP 270.2}
L’équipage du navire est resté à Melita pendant trois mois. Pendant ce temps, Paul et ses compagnons ouvriers ont amélioré chaque occasion de prêcher l’évangile. Le Seigneur les a accomplis d’une manière remarquable et, dans l’intérêt de Paul, toute la compagnie a été traitée avec beaucoup de gentillesse. tous leurs besoins furent comblés et, à leur départ, ils reçurent généreusement tout le nécessaire pour leur voyage. Les principaux incidents de leur séjour sont donc brièvement décrits par Luc: – {LP 271.1}
«Dans le même quartier se trouvaient les biens du principal homme de l’île, nommé Publius; qui nous a reçus et nous a logés trois jours avec courtoisie. Et il arriva que le père de Publius tomba malade de la fièvre et d’un flux sanguinolent; à qui Paul est entré, a prié et a imposé ses mains sur lui, et l’a guéri. Ainsi, lorsque cela a été fait, d’autres également, qui avaient des maladies dans l’île, sont venus et ont été guéris; qui nous a également honoré avec beaucoup d’honneurs; et quand nous sommes partis, ils nous ont chargé de tout ce qui était nécessaire. “{LP 271.2}
Chapitre XXV – Arrivée à Rome
Avec l’ouverture de la navigation, le centurion et ses prisonniers reprirent leur voyage. Un navire alexandrin, le Castor et le Pollux, avaient passé l’hiver à Melita, en route pour Rome, et les voyageurs s’y étaient embarqués. Bien que quelque peu retardé par des vents contraires, le voyage se soit bien déroulé et le navire jeta l’ancre dans le magnifique port de Puteoli, sur la côte italienne. {LP 272.1}
Il y avait quelques chrétiens dans cet endroit, qui ont prié l’apôtre de rester avec eux pendant sept jours, et le privilège a été gracieusement accordé par le centurion. Depuis qu’ils ont reçu l’épître de Paul aux Romains, les chrétiens d’Italie attendaient avec impatience la visite de l’apôtre.Ils ne s’attendaient guère à le voir enchaîné en tant que prisonnier, mais ses souffrances ne faisaient que le rendre plus attachant. La distance entre Puteoli et Rome n’étant que de cent quarante kilomètres et le port étant en communication constante avec la métropole, les chrétiens romains ont été informés de l’approche de Paul et certains d’entre eux ont commencé à le rencontrer et à l’accueillir. {LP 272.2}
Flash – Définition
Une manifestation soudaine ou brève de quelque chose.
«Il y a un flash qui arrive.
Il est hors de question que nous naviguions autour du flash.
La confrontation est inévitable.
La confrontation à venir se situe entre le fondamentalisme chrétien et Malte.
Ma question est la suivante: «Qui crée la violence au nom de la religion, de sorte que vous puissiez enfin mettre fin à la violence au nom de la religion?»
Nous vivons des temps très graves.
Ils veulent que l’église et l’État déclarent ensemble – réglementer la conscience.
Il s’agit donc d’un appel au monde protestant.
Quand vous regardez vos racines, n’abandonnez pas ce que les autres étaient prêts à mourir. ”
Avec les mots ci-dessus, le professeur Walter Veith commence sa série en 5 parties intitulée «De la Crète à Malte».
À mon avis, ils devraient sans aucun doute être regardés par TOUS les chrétiens – les présentations ne vont pas beaucoup mieux!
Ils peuvent être visionnés en cliquant sur les liens suivants:
https://www.youtube.com/watch?v=Hwk8n8eixBI
https://www.youtube.com/watch?v=NOEIBuXOnFE
https://www.youtube.com/watch?v=8spLITK-jIY
https://www.youtube.com/watch?v=URvT2_Cji0M
https://www.youtube.com/watch?v=G4J3QUwjhR4
S’il vous plaît, prenez le temps de regarder ces vidéos – elles sont très importantes.